Français English
Recherche par marques

Frais de port réduits à partir de 59€

Recevez notre newsletter
Nouveautés
Rhumatyl 30 ml
Rhumatyl 30 ml

16.71 €



Recharge naturelle Bouncy et Bristle Bone
Recharge naturelle Bouncy et Bristle Bone

3.84 €



Bristle Bone
Bristle Bone

6.92 €



Tug a Jug
Tug a Jug

9.11 €



Waggle
Waggle

3.88 €



Bouncy Bone
Bouncy Bone

5.13 €



Twist n treat
Twist n treat

2.97 €



Adaptil chien spray 20 ml
Adaptil chien spray 20 ml

11.70 €



Ballon pour chevaux
Ballon pour chevaux

50.50 €



Cutene 100 ml
Cutene 100 ml

24.90 €



Cube confort pour furet
Cube confort pour furet

21.00 €



Cage Ovo Home pour hamster
Cage Ovo Home pour hamster

28.00 €



Informations

Actualités
REVOILÀ LES AOÛTATS !
Dans l'herbe, tu n'oseras plus te rouler...
Protégez vos enfants en faisant entrer saletés et animaux à la maison !
Parapharma-veterinaire vous propose les Elixirs floraux - Fleurs de Bach pour vos animaux
Peste bovine : la première maladie animale éradiquée de la planète
L 'ANIMAL DE COMPAGNIE EST PLEINEMENT INTEGRE AUX FOYERS FRANCAIS
Les otites externes chez le chien
LES CALCULS URINAIRES DU CHAT
Education virtuelle
Les vaches sont de bonnes copines !
Parapharma-veterinaire.com propose en nouveauté un test urinaire rapide de gestation pour les juments. Cavaliers et propriétaires de chevaux profitez-en!
Soigner les animaux à l'homéopathie, c'est possible et ça marche!
Animal errant : que faire ?
1er cas de leishmaniose cutanée bovine en suisse
Les cas de botulisme sont en quasi-totalité d'origine alimentaire en France
Une crème solaire pour les chiens et chats !
Le site de rencontre pour animaux UNIMALIA fait peau neuve!
La société Animaderm vous propose "Shampoo", extrêmement efficace sur toutes les taches de vos chevaux
Découvrez l'association Gueule de Chien
Tous les chats de plus de 7 mois nés après le 1er janvier 2012 devront être identifiés
Aider les animaux : Forum d'entre-aide pour la protection animalière
Techniques d'élevage, un blog pour tout savoir sur vos animaux : élevage, alimentation, soins, maladies...
Les inscriptions de chiens de race enregistrent une hausse de 6 %
A Toulouse, les chiens repèrent les endroits où se soulager
L'identification par boucle auriculaire chez les chevaux
Un mouton, ce n'est finalement pas si bête
Protégez les chiens contre la leishmaniose : une nécessité en 2011
Le danger de leishmaniose existe toujours : une nouvelle étude précise l'évolution de la maladie en France

RencontreMonChien.com, le site de rencontre pour ceux qui aiment les chiens.
Dormir avec son animal : quel risque zoonotique?
Proposition de loi. Identification des félins
Les chats et les chiens seront sur un pied d'égalité en termes de traçabilité

Une mutation génétique est liée à la hausse des aptitudes athlétiques du whippet
Zoom sur la maladie des griffes du chat
La lutte contre les puces est le principal rempart à cette zoonose

FrenchToutou.com : le site canin francophone au service des particuliers et des professionnels.
Identification des chats : le propriétaire influe dans l'acceptation d'un collier
Côté éthique, les vétérinaires sont dans le trio de tête des professionnels
Les doyens des chats et des chiens ont 39 et 24 ans
Certaines fourmis légionnaires ont un statut spécialisé de "bouche-trou"
Chiens perdus. Complément de l'identification électronique
Toutourazzi, le web magazine 100% actu et nouvelles tendances pour chiens d’exception.
CHEVAUX : Tempérament : sous l'influence de plusieurs facteurs
La boutique J'aiduchien.com vous propose une collection originale d'articles et accessoires mode pour le confort, le look et le soin de vos animaux favoris.
L'État n'emboite pas le pas de l'Europe en matière d'identification
La possession d'un animal reste l'un des plus grands désirs des enfants
Une proposition de loi pour limiter l'abattage rituel
Avoir un chien durant la petite enfance influence le développement immunitaire et les maladies atopiques
Les français peu objectifs sur le poids de leurs animaux
Les Français et l'adoption; avant tout une question de bonheur
De la viande issue de vaches clonées vendue au Royaume-Uni
Supplémentation en vitamine A chez des chiots: pas d'effet néfaste quelle que soit la dose
Médicament : vers un marché unique
En Alsace, un "club de vacances" standing pour chiens et chats.
Cri d'alarme en Afrique: risques de disparition de certaines espèces de bétail.

Voir toutes les dépêches
vendredi 01 octobre 2010
 

 Une étude montre que l'exposition à un chien pendant la petite enfance réduit les risques d'allergie par la suite.

Le mécanisme exact de l'effet protecteur de la présence d'un chien dans le foyer n'est pas encore connu. Il fournirait les bases de nouvelles stratégies de prévention des troubles atopiques durant l'enfance.

 

Il est bien établi que l'exposition à certains animaux de compagnie peut conduire, chez certains patients allergiques sensibilisés, notamment au chien ou au chat, à une exacerbation des symptômes de leur rhinite allergique ou de leur asthme.

 

A l'opposé, des études récentes ont montré que l'exposition à des animaux de compagnie au cours de la petite enfance pouvait réduire le risque d'atopie, bien que le mécanisme reste encore largement mal connu. On sait par exemple que l'exposition chronique aux chats peut induire une réponse de type Th 2 modifiée qui abaisse la synthèe d'Ig E et favorise celle d'Ig G4. L'exposition aux chiens est, elle, associée à une diminution du risque de sensibilisation allergique et de dermatite atopique au cours de la première année de vie.

 

Analyse d'échantillons de poussières

Une étude publiée dans la revue Clinical and experimental allergy en 2008 a cherché à étudier le mécanisme par lequel l'exposition aux chiens durant la petite enfance réduisait les risques allergiques par la suite, en réalisant le suivi pendant 3 ans de 275 enfants prédisposés aux allergies respiratoires.

Le but était de savoir si le moment auquel a lieu l'exposition aux chiens avait une incidence sur l'atopie et de vérifier l'hypothèse selon laquelle ce contact répété modifierait le développement du système immunitaire en permettant une exposition précoce à différents micro-organismes.

 

Les auteurs ont analysé des échantillons de poussières récoltés dans la chambre de ces enfants (au niveau du lit essentiellement : oreiller, matelas, couvertures …) afin d'y rechercher les allergènes canin et félin, ainsi que l'ergostérol, l'acide muramique et l'endotoxine, biomarqueurs respectifs d'une contamination de l'environnement par des champignons et des germes Gram + et Gram - .

 

Prélèvements sanguins annuels

En parallèle, des prélèvements sanguins ont été réalisés chaque année sur les enfants afin de mesurer les taux de différentes cytokines impliquées dans l'inflammation et l'allergie : IFN-y, IL-5, IL-10 et IL-13 mais aussi les taux d'Ig E spécifiques (acariens de la poussière, chat, chien, moisissures, œufs, noix, lait).


Dans cette étude, 35 % des enfants vivaient avec un chien dès leur naissance, et même si cette population a été relativement stable au cours des 3 ans, une faible proportion d'entre eux n'a pas gardé le chien durant les 3 ans. A l'inverse, un petit nombre d'enfants possédait un chien à l'âge de 3 ans mais ne l'avait pas dès la naissance (5%). Il est important de noter que dans cette population , le fait de posséder un chien était totalement indépendant de la présence ou non d'allergie et d'asthme chez les parents.

 

Posséder un chat n'influe pas

Il en résulte que l'exposition aux chiens dès la naissance a été associé à une diminution de la prévalence de dermatites atopiques au cours des trois premières années de vie et à une diminution du risque de sifflements respiratoires (wheezing) à l'âge de 3 ans.

 

A noter que la présence d'un chien dès la naissance n'influence pas le risque de sensibilisation au chien. L'exposition au cours de la troisième année vie a été associée à une diminution de la prévalence de la dermatite atopique à l'âge de 3 ans.

La possession d'un chat, que ce soit dès la naissance ou à l'âge de 3 ans, n'a pas influencé la prévalence de l'atopie, de la dermatite atopique ou du wheezing à l'age de 3 ans.

 

Préciser l'influence de l'âge

Afin de préciser l'influence de l'âge lors de l'acquisition du chien dans la prévalence de l'atopie, les enfants inclus dans l'étude ont été divisés en 4 groupes : ceux qui ont eu un chien dès la naissance et l'ont gardé pendant les 3 ans (28%), ceux qui l'ont eu à la naissance mais ne l'avaient plus à l'âge de 3 ans (8 %), ceux qui n'avaient pas de chien à la naissance mais en avaient un au cours de la 3ème année (5%) et ceux qui n'ont jamais été exposés aux chiens (60%).

 

La prévalence de la dermatite atopique au cours des 3 premières années était tout à fait comparable entre les deux premiers groupes (respectivement 11 et 14%)n ainsi qu'entre les deux derniers (23 et 27 %). Il en va de même pour le wheezing (20% et 15 % dans les deux premiers groupes; 42% et 35 % dans les deux derniers). En revanche, aucune influence notable sur le taux de sensibilisation allergique, ni sur les taux d'Ig E spécifiques ou totaux n'a été notée

 

Risque réduit de Wheezing

C'est donc bien l'exposition aux chiens et pas celle aux chats qui est associée à un schéma unique du développement du système immunitaire, permettant une réduction du risque de dermatite atopique et de wheezing. Il est intéressant de constater que si les répercussions immunologiques, sont plus importantes à l'âge d'un an, les répercussion cliniques sont notées à l'âge de 3 ans. Et ce phénomène est accentué si l'exposition aux chiens a eu lieu tôt au cours de la vie.

Il est important de noter également que cette étude a été menée sur une population d'enfants prédisposés, sélectionnés pour avoir au moins un parent souffrant d'allergie respiratoire et/ou d'asthme. Il n'est pas exclu que l'effet protecteur de l'exposition aux allergènes canins sur le développement immunitaire soit moindre dans une population non prédisposée.

 

Corrélations entre allergènes

En ce qui concerne le wheezing, la possession d'un chien n'a pas d'influence au cours de la première année. En effet, dans cette tranche d'âge, le wheezing est majoritairement dû à des infections virales et n'est donc pas un indicateur fiable d'atopie.

En revanche, la dermatite atopique infantile est très souvent un indicateur d'atopie et son incidence est diminuée chez les possesseurs de chiens, que ce soit à l'âge de 1 an ou de 3 ans. Il semble donc que le fait de posséder un chien permet de réduire le risque d'atopie mais n'ait malheureusement pas d'effet sur les maladies atopiques, comme les bronchiolites infectieuses.

L'analyse des échantillons de poussière a permis d'établir des corrélations entre certains allergènes mais aucune n'a pu permettre d'expliquer l'effet bénéfique de l'exposition aux chiens sur le système immunitaire. Il n'est pas impossible que d'autres facteurs microbiens, comme l'ADN bactérien, soient mis en cause.

 

Constatations paradoxales

L'analyse des réponses cytokiniques à l'âge d'un an a montré une augmentation conjointe des taux d'IL-5, IL-10 et IL-13 chez les enfants exposés dès la naissance mais ces observations n'ont plus lieu à l'âge de 3 ans.

Ces constatations paradoxales ne permettent pas d'établir un profil de réponses cytokiniques qui expliquerait l'effet protecteur de l'exposition aux allergènes canins.

En conclusion, l'exposition aux chiens pendant la période néonatale a une influence notable sur l'apparition de troubles atopiques, en réduisant significativement l'incidence des dermatites atopiques et du wheezing chez des individus prédisposés. Bien que les effets allergènes canins ne puissent s'expliquer par l'exposition microbienne qui en résulte, il semble que ce soit la stimulation du système immunitaire immature, à une étape clé de son développement, qui sous-tend les effets bénéfiques de la possession d'un chien. La compréhension du mécanisme exact de l'effet protecteur de la présence d'un chien dans le foyer fournirait les bases de nouvelles stratégies de prévention des troubles atopiques durant l'enfance.

 
Voir toutes les dépêches